zodiaque signe capricorne capricorne ascendant capricorne

Grave et austère, parfois grognon, vous traînez derrière vous une solide réputation de bonnet de nuit. Sollicité pour votre irréductible bon sens, vous êtes pourtant le récif immuable sur lequel viendront s'échouer les naufragés de la vie. Lorsqu'il s'agira de faire la fête, personne, hélas, ne songera à vous adresser un carton d'invitation.

La solitude : une fidèle compagne qui vous suit comme votre ombre et parfois vous précède, au point qu'une chape de silence tombe dès que votre nom est évoqué. Réticent et méfiant, vous ne vous reconnaissez qu'une seule idole : "Le Misanthrope". A son instar, vous pourriez préciser : «L'ami du genre humain n'est point du tout mon fait».

Comme toutes les personnes qui ont le Soleil et l'Ascendant dans le même signe, les affres du doute vous sont totalement étrangères. En vous nulle dichotomie : l'être-pour-soi (Soleil) et l'être-pour-le-monde (Ascendant) sont de la même pâte.

Travailleur acharné, vous êtes taillé pour de longues et arides études. Vous parvenez généralement à un poste-clé, à la seule force de vos méninges. La recherche vous attire : vous serez de ces génies méconnus dont les efforts inlassables sauveront bien des vies. Endurant, vous narguez la fatigue et défiez la souffrance. Doté d'une fabuleuse capacité d'abstraction, vous seriez capable de calculer des algorithmes à deux pas d'un marteau-piqueur.

Sous le double parrainage de Saturne, rien n'est pourtant si monolithique. Selon l'orientation générale de votre thème, vous pourriez être un fêtard invétéré, un Don Juan ou une Messaline, sans honte ni vergogne.

Entre renoncement et ambition. Entre privation et avidité. Entre dépouillement et cupidité. A ne pas connaître la mesure entre le vide et le trop-plein, vous ferez l'épreuve de l'insatisfaction chronique, de la nausée propre à l'anorexique comme au boulimique.

De toute manière, cette "surcharge" en Capricorne vous incitera, un jour ou l'autre, à vous tourner vers votre signe complémentaire : le Cancer. Ecœuré par l'ingratitude de vos proches, vous rendrez votre tablier. Vous raconterez alors vos songes, vous évoquerez vos espoirs. Toujours un peu mélancolique, mais viscéralement plus heureux.

En revanche, si votre Soleil se situe dans la douzième maison, votre ambition s'émoussera et votre puissance de travail se trouvera affaiblie par des doutes et des inhibitions. Culpabilité issue de l'éducation ou vision plus relâchée de l'existence ? Flâneur nonchalant, vous irez à rebours du temps avec, pour seule compagnie, un chien galeux ou un chat pelé. Vos sentences et vos aphorismes refléteront le désabusement de celui qui se sait "né trop tôt" ou "trop tard".