Le signe du Lion est le cinquième des douze signes du zodiaque

signe lion
Lion: 23 Juillet - 23 Août

Attributs: Positif, Fixe, de Feu, gouverné par le Soleil.

Symbolise: Le feu, les incendies, la sécheresse, l'aridité, l'enthousiasme et la domination, les hauts personnages, le Midi, les pays chauds, les fauves.
Régit dans le monde: Les enfants, l'amour, l'éducation, les spéculations, le monde artistique et théâtral, les divertissements et les spectacles, l'élévation, la gloire et la célébrité artistique.
Qualités: Extériorisation, volonté, vitalité; ambition, autorité, organisation; fierté et noblesse; franchise, sincérité, fidélité, confiance; magnanimité.
Défauts: Passion, vanité, colère prompte, orgueil, tyrannie, recherche exagérée de la gloire, du panache, tendance à dramatiser à jouer la comédie ou à faire figure de vedette pour se faire remarquer.
Gouverne: Le coeur et le dos, la moelle épinière.
Correspond à: La cinquième maison.

Le Lion et les autres signes

Les partenaires favorables pour le Lion sont nés sous le signe du Sagittaire (23.11 au 21.12) et du Bélier (21.03 au 20.04).
Des rapports harmonieux peuvent également s'établir avec des natifs de la Balance (24.09 au 23.10) et des Gémeaux (22.05 au 21.06).
Les relations aux natifs du signe Verseau (21.01 au 19.02), du signe Scorpion (24.10 au 22.11) et du signe Taureau (21.04 au 21.05) pourront s'avérer source à problèmes.



Ah, le Lion ! Cet animal est si apprécié ou si détesté. il subjugue ou agace, ravi ou énerve mais ne laisse jamais indifférent. Que se passe-t-il en lui ? Il se connait, ou plus exactement croit se connaitre. A partir de là, il a une telle assurance que rien ne l'arrête. Il projette sa foi en lui, vers ce qui l'entoure. Il "étale", et si cela ne va pas il en rajoute. Le Cancer est encore tout frais, le Lion possède encore des zones d'incertitudes qu'il veut mettre de côté. Un Lion a besoin de vivre sur du connu, cela le rassure. Dans la mesure où il vit une relation a sens unique avec son entourage il n'y pas de problème.
Mais s'il se met à douter de lui, soit il s'effondre, soit il se projette d'autant plus fort au point parfois d'en être ridicule, ceci afin de ne plus voir en lui de faille.
Pour comprendre le Lion, imaginez que vous parliez de la vie sociale des fourmis devant des milliers de personnes alors que vous ignorez tout du sujet. Le Lion est un Cancer en projection. Il est de ce fait très créatif sur ce qu'il est, mais très fragile sur ce qu'il n'est pas. Il est capable du meilleur quand il a confiance en lui et du pire s'il doute.

Le Lion est fier de lui, et lorsqu'il est amoureux il rayonne de mille feux et se donne corps et âme l'être aimé. Nous le retrouvons au théâtre, au cinéma, dans les écoles, en joaillerie, dans les finances.
Le Lion se redresse devant la foule qui l'entoure.
"Voyez comme mon projet est intéressant !"
Avec dynamisme et passion, il trouve en lui sa raison de vivre pour rayonner l'éclat de sa volonté et de sa noblesse.

En terme de climat :
  • représentation, ostentation, scène, théâtre
  • domination, pouvoir, noblesse ou orgueil
  • créatif, artistique, idéaliste, réalisation de soi au travers d'une œuvre

Expression en terme de besoins psychologiques :
  • besoin de rayonner, d'être reconnu, apprécié et aimé
  • besoin de se réaliser au travers de son œuvre
  • besoin de se montrer, besoin de dominer

En terme d'objectif :
  • Exprimer de manière créative sa volonté et sa personnalité. Rayonner son être au travers de sa création

En terme d'archétype :
  • le roi ou la reine
  • l'acteur
  • l'enfant
  • le clown

En terme de comportement :
  • passionné : je veux = j'exige
  • grande puissance de travail
  • réaliste et idéaliste. Besoin de prestige et risque d'orgueil
  • esprit de caste, sentiment aigu de ses responsabilités et des devoirs de son rang
  • fort dans la vie sociale
  • mauvaise humeur, angoisse, obsession, émotivité
  • impérieux besoin de se réaliser à tout prix
  • créatif et artiste, ou dominateur et entreprenant


  • Le Lion au masculin

    Comment le reconnaître ?

    On le reconnaît à son « style », Il promène partout un air aristocratique : il a de la classe. Sa démarche est souple, féline ; il allonge bien le pas, appuyant sur le sol la pointe du pied. Il se tient droit, ne perdant jamais un pouce de sa taille, la tête légèrement rejetée en arrière. Lorsqu'il s'assoit dans un fauteuil, on le croirait installé sur un trône royal tant il y met d'aisance ; une sorte de nonchalance étudiée qui met son assurance en évidence. On le reconnaît souvent aussi à sa magnifique chevelure ... vraie « crinière » dorée. Il importe de distinguer deux types de Lion : le premier est fils d'Apollon : il est beau selon les plus grecs des canons : nez droit, front légèrement fuyant, oeil allongé en amande, traits réguliers ; le corps harmonieux, bien musclé, les hanches fines et les cuisses bien galbées. Le second est fils d'Hercule : le corps est plus puissant, plus trapu, avec une cage thoracique importante et creusée sous les côtes ... comme on le voit sur les chats maigres ou sur les lions affamés... Le nez est plus aplati, rappelant là encore la tête de l'animal-symbole, avec des narines très découpées. Le visage est plus carré ou triangulaire court, la mâchoire plus accentuée, les pieds et les mains puissants. Le premier évoque la beauté et l'harmonie, le second évoque essentiellement la force. Le regard varie avec son degré de myopie ... fréquente faiblesse chez le Lion. Un détail : le menton est presque toujours « coupé » par un sillon vertical ou horizontal.


    Comment se porte-t-il ?

    En apparence, comme un charme. Il a cependant des points faibles. En dehors de sa vue fragile, il doit surveiller son coeur. Ce « bilieux » si sûr de lui est plus anxieux qu'il ne veut le reconnaître, surtout s'il doit faire face à de lourdes responsabilités. Il risque alors de se laisser peu à peu dévorer par les soucis. Et c'est alors l'infarctus, ce qu'on appelait autrefois la « congestion de lumière ». Le Lion est ensuite menacé dans sa résistance par un sommeil qui se détériore avec les années et qui chez cet habituel surmené est pourtant un bien précieux. Le dos est une zone fragile : déplacements de disques, ennuis vertébraux entraînant vertiges et malaises. Ce bourreau de travail possède cependant une résistance remarquable et épuise son entourage par son exigence. Il doit apprendre à ne pas en faire trop : lorsqu'il a le « plexus solaire noué », il doit s'arrêter. Ses faiblesses sur le plan psychique tiennent à son narcissisme extrême (on se souvient du dieu Narcisse séduit par sa propre image dont il surprend le reflet dans l'eau; il tente de l'embrasser... et se noie). Et aussi une forme de mégalomanie. Il se « vante » comme on dit dans le Midi et se croit capable des exploits les plus prestigieux. Et quand il est mythomane, il les invente... Il doit « lever le pied de l'accélérateur » de temps en temps, s'accorder un moment de détente au cours duquel, éventuellement, il changera d'activité. L'essentiel consiste à se distraire et à reposer ce système neuro-végétatif, sensible comme l'allumage d'une voiture. Le Rata-Yoga lui est recommandé, ou le Taï-Chi, dans la mesure où ces techniques sont excellentes pour le système nerveux et la récupération de l'énergie.Sur le plan alimentaire, il recherchera tout ce qui stimule la circulation, évitera les excès de viande et d'alcool ou tout ce qui risque de faire monter la tension artérielle. Les plats bien aromatisés stimuleront son appétit et c'est nécessaire ... car il est parfois tellement « survolté » qu'il ne peut plus rien avaler. Il devra boire des jus de fruits frais, orange et pamplemousse ; ou manger des fruits secs qui contiennent du sucre naturel, aliment énergétique dont il a besoin. Le safran et le laurier lui conviennent ainsi que l'ail, excellent hypotenseur. Il mangera aussi des olives, des carottes, des myrtilles - bonnes pour la vue -, des tomates, de la betterave rouge ainsi que du blé germé et des céréales.Son remède homéopathique : Magnesia phosphorica.


    Comment réagit-il ?

    « Moi, je ». C'est là une façon habituelle chez le Lion de commencer ses phrases. Ponctuées ensuite de nombreux « Tu comprends » interrogatifs et insistants. Narcissisme d'un côté, désir d'être compris et de communiquer d'autre part. Mais toujours à partir d'une position dans laquelle le Lion est dominant. Il toise. Sans même s'en rendre compte. On le dit « fier » mais on accepte assez naturellement cette supériorité qu'il affiche avec innocence. Parmi les gros défauts du Lion, citons encore ce tempérament colérique qui le fait exploser parfois dans des fureurs aveugles, dévastatrices, avec de grands gestes qui balaient tout ce qu'il a sous la main. Celles d'Alexandre Dumas « double Lion » étaient célèbres ... Citons aussi l'orgueil et cette assurance candide qui touche à la naïveté et ne devient insupportable que lorsqu'elle se mue en despotisme. L'autre face de la médaille nous montrera un Lion tout différent : capable de grands sentiments, d'une noblesse extrême, dénué de toute mesquinerie, avec de l'ardeur et de la générosité, un profond sens de la justice et un idéalisme plein de panache et de magnanimité. L'intelligence claire, souple, vibrante, lui permet d'appréhender les problèmes immédiatement. Il possède un remarquable esprit de synthèse, et un vif appétit de création. Notons encore du courage, de l’autorité, un souci certain de son honneur et de sa réputation. Son magnétisme personnel lui donne un puissant ascendant sur tous.


    Pour quoi est-il fait ?

    Pour la réussite avant tout. C'est pourquoi il supporte si mal la médiocrité. Il est l'homme des grandes entreprises, des vastes projets. Le côté napoléonien ou mussolinien du personnage. Il faut savoir voir grand avec la tranquille certitude de son génie et que les obstacles ne peuvent pas l'arrêter. Malheur à lui s'il échoue! Il risque alors d'exploser, d'être réduit à néant. Car le doute n'a pas de place dans son système de défense. Cela dit, du moment que ses projets ont de l'envergure et qu'il s'est assuré les compétences nécessaires, il peut connaître les plus beaux succès. Homme de spectacle, il est à l'aise sur une scène ou une tribune. Il est habile comédien (souvent du type qui en fait un peu trop) mais ce qui l'intéresse, c'est de mettre en scène, de diriger une troupe, de monter lui-même le spectacle. S'il a des ambitions politiques, il visera très vite la députation, le secrétariat d'État ou même le plus haut rang. A un niveau plus modeste, il peut exploiter le talent des autres ou se nourrir de la beauté, de l'édition d'art à la galerie de peinture en passant par la vente d'objets précieux, la création de modèles originaux, le commerce de luxe, la publicité, les métiers où l'on peut << manipuler >> un public anonyme. Les affaires, la banque, représentent des secteurs d'activité où le Lion est à l'aise. Il doit se défier de ses goûts de luxe et de son amour du faste, de ses aspirations au mécénat... conditions idéales pour forger une grande fortune ... ou se ruiner. Tous les Lions ne s'appellent pas Laurent le Magnifique !


    L'homme Lion et l'Amour...

    Lion superbe et généreux", il aime à protéger la femme aimée. Pour elle il est capable de soulever des montagnes. En retour, il lui demande une admiration inaltérable ... et de faire en sorte que les autres hommes l'envient d'avoir à son bras une compagne aussi belle, aussi élégante. Bref, il demande à la femme d'être un élément de son prestige. En aucun cas, elle ne devra risquer d'être un jour pour lui une rivale : la compagne idéale ne peut être que celle qui l'aide à réussir ou fait passer par lui et par lui seul ses ambitions personnelles ! Amoureux ardent, très attaché à une certaine qualité érotique et esthétique de la relation sexuelle, il se donne généreusement et fait en quelque sorte une bonne action lorsqu'il daigne accorder ses faveurs à une dame de son choix. Disons plutôt qu'il se prête, avec gentillesse, et attention vraie à l'être avec lequel il établit un rapport. Il << rayonne >> comme le soleil, maître de son signe et s'il brûle parfois, il en est sincèrement désolé car il déteste faire souffrir. Il n'y a aucun sadisme conscient en lui. Mais il ne faut pas lui << manquer >>. Il est trop centré sur lui-même, trop inquiet de lui-même pour pouvoir aimer de façon absolue mais il fera la vie agréable à la femme qu'il choisira, qui lui donnera des enfants et lui assurera une relation affective suffisamment riche... Sa fidélité est incertaine.



    Le Lion au féminin

    Comment la reconnaître ?

    A sa beauté. Comme l'homme du signe, son allure altière, sa prestance, son port de tête royal et sa démarche de gazelle attirent le regard, ainsi et surtout que sa chevelure incendiaire ... telle celle de l'actrice Maureen O'Hara. On retrouve ici les deux types de Lion : l'apollinienne aux traits réguliers, à la beauté classique, aux jambes déliées et au magnétisme irrésistible. L'herculéenne, plus petite et plus musclée, très sportive, aussi (( bien dans sa peau )) que sa soeur mais plus « physique >> qu'elle. Le visage s'inscrit souvent dans un triangle court (la tête de la chatte) avec des yeux verts ou dorés très écartés, le départ du nez étant plat et large (Jacky Kennedy). Les dents sont très blanches, le sourire éclatant. Lions et Lionnes ont tous un air conquérant. La femme du Lion a le ventre plat et le rein cambré, une ossature assez fine, peu de poils sur le corps. Parfois des taches de rousseur ajoutent à son charme, à moins que sa carnation cuivrée ou sa peau de pêche mûre ne constitue un atout de plus dans sa panoplie de séductrice.


    Comment se porte-t-elle ?

    De la vitalité, de la résistance, renforcées par un réel courage ; elle semble plus forte encore que le << mâle >>, plus authentiquement endurante ... peut-être comme dans le règne animal où la lionne passe pour plus énergique que son seigneur et maître. Elle réagit mieux que lui à l'adversité, sans doute parce que moins obsédée que lui par la nécessité de la réussite. Elle doit aussi surveiller ses yeux... et si sa coquetterie lui interdit de porter des lunettes, elle pourra recourir aux verres de contact. La circulation sanguine constitue un point faible ainsi que les troubles cardiaques plus fonctionnels qu'organiques. En d'autres termes, la << machine >> est en bon état mais elle peut avoir des ratés. C'est ainsi que la Lionne peut souffrir de palpitations, de tachycardie, de spasmes cardiaques angoissants mais peu dangereux. On trouve parfois au Lion des maladies de la moelle épinière qui peuvent affecter les deux sexes. Lui conseiller de mener une vie saine n'aurait rien d'original. Mais elle doit apprendre à connaître les limites de sa résistance. Sinon elle éprouvera des malaises étranges, difficiles à diagnostiquer, mélange de fatigue, de vertiges, d'hypo- ou d'hypertension, d'anémie. Et comme le Lion elle supporte très mal la maladie ou même l'inactivité. Mieux se porter, cela signifie accepter de consulter de temps en temps un médecin pour un bilan de santé, peut-être un électrocardiogramme. Elle doit préserver son sommeil et plutôt que de prendre des somnifères, elle aurait intérêt à prendre des calmants légers ou à recourir à l'acupuncture. Les tisanes de fleur d'oranger ou de tilleul sont recommandées. Les << simples >> lui réussissent et elle pourra, grâce à l'hamamélis, prévenir les troubles circulatoires. Les Lionnes aiment les nourritures raffinées, bien présentées mais elles mangent peu et il est rare qu'elles aient des problèmes de ligne. D'ailleurs, elles sont trop soucieuses de leur apparence pour se permettre le moindre laisser-aller, la moindre atteinte à leur beauté. Leur plus grand problème - et on le trouve aussi chez le Lion - c'est l'acceptation du vieillissement. Elles se révoltent vraiment contre cette malédiction. Cela peut les pousser à brûler la chandelle par les deux bouts afin de rencontrer la mort plutôt que la décrépitude ; ou à se maintenir jeune, le plus longtemps possible, par tous les moyens.


    Comment réagit-elle ?

    La femme du Lion est brillante, passionnée, artiste jusqu'au bout des ongles ou idéaliste à l'extrême. Elle s'enflamme, s'in digne, s'enthousiasme, défend ses amis et ses idées, parfois avec agressivité, « toutes griffes dehors », pour peu qu'on s'attaque à ceux qu'elle aime. Nul ne saurait nier son courage et les prouesses dont elle est capable lorsque le destin l'y contraint et que l'ambition la pousse. Loyale, droite, fière, on peut compter sur elle. Elle n'a pas le côté « bonne femme » que tant d'hommes reprochent au sexe dit faible. Elle aborde volontiers les « grands sujets » et sa pensée ne manque pas de force. En contrepartie on sera parfois agacé par son besoin de s'entourer d'admirateurs inconditionnels. Elle a tendance à jouer de son pouvoir et de l'efficacité de son magnétisme. Parfois aussi on découvre chez elle un certain théâtralisme, une emphase irritante ou même une forme de mythomanie à travers laquelle elle a toujours le beau rôle. Elle manque aussi de patience et se met facilement en colère. Comme les natifs du signe, elle refuse la médiocrité. Que ce soit par elle-même ou à travers un homme, elle tentera tout et avec un sûr courage, pour améliorer sa condition et « faire quelque chose de sa vie ».


    Pour quoi est-elle faite ?

    A peu près pour les mêmes métiers que l'homme du signe. Même pour la politique où elle se crée une réputation d'intégrité et de loyauté ; sa naïveté la protège. Ne prêtant jamais aux autres des sentiments qu'elle est incapable d'éprouver, elle se laisse cependant parfois surprendre par la méchanceté, la jalousie ou l'envie qu'elle suscite. Elle est à l'aise dans tous les métiers artistiques, de l'enseignement de la créativité à la création elle-même. Elle peut aussi bien peindre qu'écrire, jouer que chanter, réaliser des films que sculpter. Mais la pensée scientifique ne lui demeure pas étrangère et elle réussit souvent dans les métiers de recherche, la médecine ou la psychologie par exemple. Ce qu'elle aime, c'est une forme de pouvoir, des responsabilités et par-dessus tout, l'action. La femme du Lion aime à apprendre : intelligente, douée de mémoire, curieuse d~ tout, consciencieuse et perfectionniste, elle saura partout se faire respecter. Elle conservé longtemps un côté éternelle étudiante et pourra cumuler les diplômes avant de trouver sa voie. Car c'est là l'un des problèmes cruciaux du Lion : devant un excès de dons, il est parfois difficile de choisir. Une fois « mobilisés » par une direction précise, rien n'arrêtera plus Lions et Lionnes. Ils ont besoin d'encouragements, de compliments, parfois de flatterie ... La Lion relève les défis du destin dès qu'elle a acquis une confiance en elle suffisante.


    La femme Lion et l'Amour...

    Si elle a la chance de rencontrer, jeune, un homme digne de son admiration et de son extrême dévouement et qui saura l'aimer en retour, elle deviendra une épouse admirable, élevant parfaitement ses enfants dont elle éveillera les dons, l'intelligence et le coeur. Elle demande beaucoup mais donne tout autant. Si elle a moins de chance et si elle éprouve tôt des déceptions, elle pourra se tourner vers les amours saphiques, jouant alors le rôle de l'homme, se montrant protectrice et généreuse mais conservant son indépendance à laquelle elle s'attache un peu plus chaque jour. Parfois, elle s'adapte à un mari qui ne lui convient pas, cherchant dans sa propre carrière les satisfactions qu'il lui refuse. Il arrive aussi qu'elle joue avec succès les égéries, inspirant un poète ou un artiste, protégeant la retraite du savant et jouant, après la mort de celui-ci, les « glorieuses ». Elle servira toujours la carrière de celui qu'elle aime, attendant qu'il rejaillisse sur elle un peu de ce succès auquel elle a certes contribué. Lorsqu'elle est trop centrée sur elle-même, on a affaire à la « collectionneuse », à la dévoreuse d'amants qu'elle exploitera plus ou moins pour servir sa propre gloire. Parfois, dans une grande crise de conscience, elle tiendra des discours enflammés, pleins de Dieu et de religion et parlera d'entrer au couvent. Cela fait partie de son théâtre ...





    Le signe du Lion et ses douze ascendants