Le signe du Scorpion est le huitième des douze signes du zodiaque

signe scorpion
Scorpion: 24 Octobre - 22 Novembre

Attributs: Négatif, Fixe, d'Eau, gouverné par Pluton et Mars.
Féminin, violent, fécond, nocturne, muet, tortueux.
Analogies: Les forces cachées, le démon, le mystère, la magie noire, les choses étranges; les pouvoirs cachés de l'homme; la destruction, le suicide, la mort, mais aussi la régénération; les êtres malfaisants, les ennemis sournois, la vengeance, les voyages dangereux, surtout sur l'eau; les dangers de submersion, les drames passionnels, la jalousie et les amours contrariés.
Régit dans le monde: La mortalité et les héritages, les dons et legs; l'argent par mariage; les réformes radicales par la violence, l'énergie passionnelle qui couve et éclate subitement, l'attaque brusquée, le côté agressif du militarisme; la science, la méditation, les recherches profondes et recherches difficiles; le monde médical et chirurgical.
Qualités: Intériorisation, volonté, émotion. Régénération, curiosité, mysticisme, habileté et pouvoir de juger juste; fierté, énergie, ténacité, conscience et scrupules dans les actes.
Défauts: Passion, envie, secrétivité, jalousie, arrogance, criticisme destructif, extrémisme, tyrannie, caractère entier, et exclusif. Haine, brutalité, violence.
Gouverne: La vessie, l'anus, les organes génitaux, le nez.
Correspond à: La huitième maison.

Le Scorpion et les autres signes

Les natifs du signe Cancer (22.06 au 22.07), du signe Poissons (20.02 au 20.03), du signe Capricorne (22.12 au 20.01) et du signe Vierge (24.08 au 23.09) sont susceptibles de réaliser une entente harmonieuse avec les natifs du signe Scorpion.
Les signes du Taureau (21.04 au 21.05), du Lion (23.07 au 23.08) et du Verseau (21.01 au 19.02) sont nettement moins favorables.



Il existe toute une symbolique atour du Scorpion. il est le huitième signe du Zodiaque, il possède la planète Mars et Pluton comme représentant du signe. Je vais résumer le Scorpion en disant : "c'est un signe plongé dans ses entrailles".
Le Scorpion est entier, d'un caractère parfois insupportable. Personne ne peut l'influencer et il est un excellent manipulateur. Parfois associable et destructeur il a une volonté d'acier.
"Oui, nous allons réussir, nous sommes imbattables !", encourage le Scorpion.
"Tous les honneurs pour moi", pense-t-il.
Travaillé par un feu intérieur, il vit au risque de se perdre, oscillant entre son goût passionnel de la vie et son attirance pour la mort et les mystères de la vie.

En terme de climat :
  • secret, intimiste, défensif, pénétrant, mystérieux, anxiété, angoisse existentielle, quête de la vérité
  • extrémiste, rebelle, destructeur, individualiste
  • sexuel, instinctif, pulsionnel

En terme de besoins psychologiques :
  • volonté de ne pas se dévoiler
  • besoin de comprendre le fond des choses
  • besoin de tout transformer ou d'être authentique

En terme d'objectif :
  • discipliner son émotivité, s'ouvrir au delà des apparences

En terme d'archétype :
  • le détective
  • le sorcier
  • l'hypnotiseur

En terme de comportement :
  • nature instinctive et impérieuse : tel il est, tel il le restera
  • intrépidité devant la mort, force vitale extraordinaire
  • ambivalence amour/mort, érotisme/agressivité
  • Dieu l'appelle et le Diable le tente : se sent attiré par l'esprit vers un autre monde, et retenu à la matière par ses instincts physiques
  • agit à sa guise, farouche individualiste, désobéissant, dur envers lui et les autres
  • sensualité et sexualité puissantes et exigeantes, instinct créateur remarquable, mais commence par détruire avant de construire
  • angoisse existentielle, goût pour le mystère, refus des artifices, besoin de comprendre le fond des choses
  • risque de complexe de culpabilité et d'autodestruction

Le signe du Scorpion au masculin

Comment le reconnaître ?

On n'échappe pas à son regard : celui du serpent fascinant la musaraigne. Cet oeil d'escarboucle voit tout, s'impose, joue de son pouvoir; si le diable avait un regard, c'est celui-ci qu'on imaginerait... Avec des lueurs câlines lorsqu'il veut séduire et réduire l’autre à sa merci et des airs de gaieté, pour lui tout seul, lorsqu'il a joué un tour à sa façon. Il inquiète. Il cultive d'ailleurs ce pouvoir satanique qu'on lui prête. On s’imagine comment s'est faite la réputation d'un Paganini au violon ensorcelé, qui jouait comme un dieu ... ou un démon et dont la présence fascinait autant qu'elle mettait mal à l'aise. L'oeil espagnol, à la Picasso; ou l'oeil du peintre qui examine un trait, une ligne, sans égard pour l'être humain qui se sent disséqué sous ce regard. Tout en muscle, souvent râblé, trapu, respirant l'énergie, une énergie concentrée, comme celle qu'on perçoit chez le Samouraï avant qu'il tire l'épée, faite d'une vigilance extrême; celle des grands fauves. Les épaules sont larges, les mains puissantes. L'homme est soit très beau - à la Delon - soit très laid ... mais d'une laideur attirante, toujours à cause du regard et de ce « concentré de vie » qu'on perçoit en sa présence. Le nez, souvent, est fort, large à sa base, imposant ou aquilin ; le cheveu dru, qu'il porte volontiers en brosse. Ou la tignasse rousse et hirsute du barbare. Parfois, la bouche est tirée sur le côté par une sorte de rictus, avec de grands éclats de rire et des dents aiguës. Un sourire de loup. Irrésistible pour toute femme qui se sent un peu femelle... Brusque dans ses paroles, tendre dans ses gestes ...le contraire, selon le jeu qu'il mène.


Comment se porte-t-il ?

Il a une santé de fer et ne comprend pas comment on peut être malade. Ou bien il passe son temps à souffrir de mille maux sans jamais ralentir son activité. Il est le siège d'une mystérieuse alchimie qui lui permet de trouver dans ses troubles mêmes une force de régénération peu commune. Quoi qu'il arrive, il est toujours debout. Son énergie a sa source dans sa sexualité. C'est habituellement un amant endurant ; mais il peut aussi être victime d'impuissance - car c'est un anxieux- ou de maladies vénériennes, s'il n'y prend pas garde. Son sexe est en tout cas, souvent, le siège de blessures, ulcérations, phimosis, anomalies ...Il est aussi sujet aux hémorroïdes et aux fistules anales. Il doit se soigner, se faire opérer et ne pas traiter ses maux par le mépris, ce qu'il est souvent tenté de faire. Il faut noter aussi une prédisposition aux ennuis touchant la face : il souffrira de sinusite, de rhinite, de coups sur le nez, cloisons déviées ou recours à la chirurgie esthétique. Mais c'est en lui-même qu'est le poison le plus dangereux : dans sa tendance auto-destructrice, dans la fascination que la mort exerce sur lui, dans cette attirance pour les abîmes et cette présence familière de l'angoisse. Le Scorpion doit être actif, exercer son endurance. Il sera d'ailleurs particulièrement doué pour les arts martiaux : judo, karaté, sabre japonais ... Il aimera également la boxe et le tir à l'arc. Tout ce qui exige de la concentration et de l'attention. Sur le plan alimentaire, il n'est pas porté aux excès et craint rarement l'embonpoint. Il y a même parfois en lui un côté « moine » qui le pousse à mener une vie spartiate, avec un goût marqué pour les aliments naturels. C'est du moins le cas du Scorpion évolué. Celui qui est plus fruste peut prendre de temps en temps une cuite mémorable ou manger ce qui lui est contraire ; on a alors affaire au Scorpion qui cède à ses pulsions suicidaires plus ou moins déguisées. Il devra éviter les excitants, tout ce qui est de nature à irriter les muqueuses ... alors qu'il aime le piment, le poivre, la moutarde et tous les mets épicés. Mais ses problèmes sont plus souvent psychologiques que physiques ; ou du moins les derniers ont-ils clairement leur origine dans les premiers. C'est pourquoi le Scorpion aurait intérêt, alors qu'il est encore jeune, à entreprendre une psychanalyse. L'expérience sera de toute façon fascinante pour ces êtres anxieux, très tôt conscients de ce qu'il existe en eux des pulsions dangereuses pour eux-mêmes. Ou pour ceux qu'ils aiment ...Le médicament homéopathique qui répond à leur signe est Calcarea Sulfurica.


Comment réagit-il ?

L'homme du Scorpion ne fait rien à moitié. Lorsqu'il plonge vers le versant obscur de son être, il peut être très dur, impitoyable au faible, avec un côté cruel, jaloux, intransigeant, se fiant à son seul instinct, agressif dans ses rapports avec autrui, méprisant ceux qui n'entrent pas dans son système de pensée, aimant manipuler les autres, les mener là où il veut. Mais lorsqu'il abandonne sa « peau de serpent » pour tenter de devenir un « aigle », pour se dépasser lui-même, il peut aller plus loin que quiconque. Son énergie exceptionnelle, son endurance morale, son orgueil et son caractère absolu le conduisent parfois à réaliser de grandes choses, à se dévouer corps et âme à des tâches obscures, à sacrifier son temps, sa santé, sa vie même pour une cause exaltante. Il a une intelligence pénétrante, beaucoup de perspicacité. Il devine le point faible ou l'intention cachée de son interlocuteur. Il « casse » le système pensé des autres avec une efficacité peu commune, détectant aussitôt l'argument fragile ou la faille de l'édifice. Il s'intéresse à la philosophie et la métaphysique, à la science mais on peut lui reprocher un certain sectarisme qui tient plus du refus d'abandonner ses positions que d'une incapacité à changer son fusil d'épaule. Il est difficile de savoir ce que pensent les natifs, de connaître leurs véritables sentiments ou leurs intentions. On les juge· à leurs actes. Ils ont le goût du secret et l'impression d’avoir plus de pouvoir sur les autres lorsqu'ils connaissent leur nature ou leurs désirs, sans s'être eux-mêmes découverts.


Pour quoi est-il fait ?

Le Scorpion peut exploiter ses qualités de perspicacité. Et d'intelligence dans toutes les professions où il faut tenter, de voir de « l'autre côté » des évidences ou des apparences. Ce sera le cas du psychiatre ou du psychologue, par exemple, comme celui du policier, du détective ou de l'enquêteur. Et souvent même aussi du médecin, du chirurgien, du dentiste ou du vétérinaire. Le Scorpion canalisera ainsi certaines des pulsions « sadiques » propres à sa nature, c'est-à-dire celles à travers lesquelles il peut éprouver un plaisir inconscient à faire ou à voir souffrir. Il sera de même très intéressé par les expériences de laboratoire, la biologie, la criminologie. Il s'intéressera aussi à l'alchimie, à l'occultisme, à la radiesthésie, aux pouvoirs paranormaux et aux médecines parallèles. Le Scorpion accepte malle monde tel qu'il est. Il veut le réformer (Luther en est un exemple) comme il veut changer ceux qu'il rencontre. Sa révolte et son goût pour le pouvoir le pousseront parfois vers la politique, l'action syndicale. Pour lui, quoiqu'il arrive, la fin justifiera les moyens. C'est sa force ... et c'est aussi ce qui le rend parfois inhumain. Pour échapper à son angoisse, il a parfois recours à la création et c'est pourquoi on trouve, pour illustrer ce signe, des artistes exceptionnels qui expriment avec une audace et une force rares ce que peu osent crier et jeter à la face du monde. Il y a dans toute entreprise « scorpionnesque » un défi, un affrontement, qu'il se batte avec la maladie, avec la matière ou avec l'âme humaine. Les obstacles le stimulent et le danger lui donne des ailes. Il n'accepte jamais la défaite, comme cet autre illustre Scorpion, Charles de Gaulle. Mais l'orgueil peut le perdre ainsi que ses tendances à l'auto-destruction qu'on retrouvera parfois dans sa « névrose d'échec ». C'est dire qu'il peut mettre autant d'acharnement à faire échouer ce qu'il entreprend qu'il peut en mettre à réussir. Cela en toute bonne foi et en toute inconscience.


L'homme scorpion et l'amour...

La passion du Scorpion n’est pas de tout repos. Malheur à celle qui tombera dans ses griffes sans savoir à quoi elle s'expose, c'est-à-dire à des jeux subtils de bourreau à victime. Le Scorpion aime les larmes de la femme aimée, il aime le pouvoir de « vie et de mort » qu'il a sur elle, cet art de plonger dans les abîmes du désespoir ou de la porter aux cimes de l'exaltation amoureuse. Les amours du Scorpion ne sont que de successifs affrontements, déchirements, cris de haine et de passion. Tout homme du signe cherche obscurément la femme initiatrice et sublime qui lui permettrait de rejoindre Dieu. Il la veut pure. C'est pourquoi, si elle cède, il devra l'en punir : la Sainte Vierge ne peut déchoir ; il la traitera alors en prostituée, la méprisera, l'avilira. Seule une femme de sa trempe ou ayant compris le mécanisme pourra se défendre et désamorcer le piège. Peut-être le signe doit-il à ce phénomène inconscient de produire un nombre élevé d'homosexuels. Il y a dans le Scorpion - le plus « sexué » et le plus « sexuel » du .Zodiaque - une misogynie puissante et un profond refus du moteur qui le fait avancer : cette énergie libidinale exceptionnelle. Il y a en lui cette fascination de la mort qui lui fait s'attaquer - et avec violence – au principe même de la vie. D'où son mépris pour l'amour et, paradoxalement, l'intensité de ses passions. Lorsqu'il a accompli un certain chemin, il peut choisir de se marier, de sanctifier une union dans la construction d'un foyer, avec des enfants qu'il regardera évoluer avec vigilance ; il sera fidèle à sa femme et cherchera à l'entraîner dans sa « voie » d'où une certaine spiritualité n'est pas exclue.

Le signe du Scorpion au féminin

Comment la reconnaître ?

Elle a de la présence. Peu d'êtres possèdent autant de magnétisme. L'oeil est souvent bridé, allongé : l'oeil du serpent. Parfois des cheveux roux ... comme ceux des sorcières qu'on brûlait autrefois. La voix surtout est reconnaissable ; une voix qui vient du ventre, une voix « de gorge » ou « de sexe », grave et un peu rauque. Laureen Bacall, Edwige Feuillère, Piaf, Maria Casarès; ces voix espagnoles quand elles sont un peu sourdes. En elle, un air de mystère, quelque chose qui attire et qui inquiète ; la femme fatale, celle pour laquelle les hommes se ruinent ou se tuent. Elle a de longues mains nerveuses, un peu sèches, et aime à laisser pousser ses ongles qui deviennent comme des griffes. Parfois, elle les peint avec un vernis rouge foncé et les orne de bagues lourdes. Elle a d'étranges pouvoirs. Un côté envoûtant qu'elle cultive avec soin. Le corps est sinueux, « sexy ». Elle est parfois très belle, d'une beauté à couper le souffle ; ou bien elle fait partie de ces « laides » auxquelles on connaît de nombreux amants et dont la personnalité écrase sans peine les << ravissantes» qui n'ont rien dans la tête.


Comment se porte-t-elle ?

Comme l'homme du signe, la native du Scorpion souffre souvent d'ennuis directement liés à sa sexualité, qu'elle ait un mauvais équilibre hormonal, des règles douloureuses, qu'elle soit sujette aux hémorragies ou aux inflammations de type vaginite. Ou bien encore qu'elle soit frigide ou nymphomane. Ce qui n'est pas incompatible. Une surveillance médicale régulière semble donc souhaitable, de l'adolescence à la ménopause. Elle est également sujette à la stérilité et aux fausses couches. Pourtant, lorsqu'elle est mère, elle se transforme en louve, défendant ses petits avec une extraordinaire âpreté. Comme le natif, elle possède une remarquable endurance et, même accablée de tous les maux, elle continuera à travailler ou à « tenir ». Les menaces et les troubles les plus réels viennent toujours de son tempérament anxieux, de ses tendances autodestructrices, de sa façon de transformer ses conflits intérieurs en maladies. C'est pourquoi le médecin est bien souvent, avec elle, complètement dépassé. Le neuropsychiatre ou le psychanalyste obtiendront de meilleurs résultats parce qu'ils l'aideront à prendre conscience de son agressivité et de son anxiété. Les médecines parallèles donnent aussi de bons résultats. Elle doit éviter la présence des êtres de type « vampire », c'est-à-dire ceux qui viennent recharger leurs batteries auprès d'elle et qui la laissent ensuite déprimée, sinon épuisée. Elle doit aussi fuir les suicidaires, les anxieux qui risquent de réveiller en elle ses pulsions les plus négatives. Elle doit absolument fuir les expériences occultes trop poussées, la drogue, l'alcool à haute dose, tout ce qui peut ouvrir des brèches dans son système de défense, faire remonter à la surface les démons enchaînés dans les enfers de Pluton, maître du signe. Chacun connaît l'histoire du scorpion et de la grenouille : la forêt est en flammes et tous les animaux fuient vers le fleuve ; le scorpionavise une grenouille et lui dit : « Grenouille, laisse-moi m'installer sur ton dos et fais-moi traverser le fleuve. » Et la grenouille de répondre : « Tu veux rire! Si je t'aide à traverser, quand tu seras sur mon dos, tu me piqueras et je mourrai. - Allons donc, rétorque le scorpion, si je te pique et que tu meures, je me noierai aussi. ». Convaincue, la grenouille laisse monter le scorpion sur son dos. Mais au milieu du fleuve, le scorpion pique la grenouille qui avant de mourir lui dit : « Qu'as-tu fait ? Tu vas mourir aussi! » et le scorpion lui répond : « Que veux-tu, je suis un Scorpion ... » et ils se noient tous deux ... Il existe bien dans le signe cette force autodestructrice qui fonctionne en dépit de toute logique. C'est elle, avant toute chose, que la femme Scorpion doit exorciser si elle veut éviter la maladie, l'accident ou l'échec affectif. La femme, plus « conditionnée » que l'homme à taire ses colères ou à les refouler doit à tout prix trouver un moyen de canaliser efficacement son agressivité. Celle qui n'y parvient pas risque de passer sa vie à « traîner » de médecin en médecin. Sur le plan alimentaire, on lui conseillera le même régime que l'homme ; elle a tendance à se trouver grosse alors que la majorité des femmes envieraient sa silhouette. Mais un régime draconien est encore un moyen de se maltraiter soi-même. En matière de sexualité, elle attire souvent les « dingues », les pervers et lorsqu'elle se laisse aller à tenter certaines expériences, elle désespère et trouve de nouveaux mécanismes auto-punitifs. La démesure et l'excès la concernent mais elle gagnera toujours à rechercher un certain équilibre et à mener une vie saine, à sublimer ses tendances dans une voie altruiste, dans un dévouement qui peut alors être sans frein.


Comment réagit-elle-t ?

La femme du Scorpion a du caractère et de la personnalité. Elle ignore la tiédeur et ses rancunes sont aussi tenaces que ses attachements. Elle impose sa volonté presque sans s'en apercevoir ; même quand elle s'exprime avec douceur, comme pour feutrer son autorité. Mais plus elle fait la voix douce et moins on risque de s'opposer à elle comme si l'on pressentait le feu du volcan sous la montagne paisible. Elle aime séduire et faire du charme, mais pas à la manière de la Balance qui cherche avant tout à se faire aimer ; chez la femme du Scorpion, on se demande toujours si ce n'est pas pour s'assurer un esclave de plus, si elle ne cherche pas avant tout à réduire l'autre à sa merci. Même lorsqu'elle est passionnément sincère, on ne peut pas s'empêcher de penser qu'un rapport de force se prépare. Elle est intelligente, avec une rare pénétration de jugement, comme si elle avait le don de voir au-delà des évidences et surtout au-delà des mots. Elle détecte le mensonge ; pas besoin de sérum de vérité ... son oeil-laser a tôt fait de deviner l'intention cachée de l'autre.


Pour quoi est-elle faite ?

La femme du Scorpion fait une espionne idéale : elle sait garder un secret et se taire, possède un grand courage ; elle est difficile à connaître et ne s'embarrasse pas de scrupules. Dans la vie, elle peut faire de grandes choses à condition qu'il soit beaucoup exigé d'elle. Elle a besoin des difficultés, de l'adversité, des obstacles. Il n'est pas de défi qu'elle ne soit tentée de relever. Elle réussira bien dans la voie médicale ou paramédicale ; la biologie ou la recherche pharmaceutique peuvent aussi l'attirer ainsi que la bactériologie. Comme elle a le goût de l'action, elle peut aussi mettre une affaire sur pied et s'en occuper efficacement : elle osera tirer les cordons de sonnettes, défendre ses intérêts, se battre, en un mot. Comme elle a de la beauté et du caractère, elle est souvent sollicitée par les photographes et les cinéastes. Mais si elle trouve agréable de gagner vite et facilement de l'argent, elle supporte mal d'être exploitée comme un objet ; la révolte ne tarde généralement pas.


La femme Scorpion et l'Amour...

Avec passion mais aussi avec un côté « mante religieuse » qui ne laisse pas d'effrayer les hommes. Certes, celui qui est aimé d'elle ne rencontrera plus jamais une femme de sa trempe et toute autre relation amoureuse lui semblera fade. Mais elle le fera vivre sur des montagnes russes, avec des cris, des coups de poignards -moraux sinon physiques - des grands moments d'exaltation, des crises de dépression et des raffinements de panthère... tout ce qui peut constituer une fascinante névrose. Les hommes disent volontiers que les femmes saines et calmes les ennuient et qu'ils vivent plus intensément avec ces créatures irrationnelles et superbes. A partir d'un certain âge, les autres femmes commencent à prendre leur revanche. Ou bien la femme du Scorpion met de l'eau dans son vin et ne griffe plus avec autant de conviction ... Lorsque la femme du Scorpion rencontre un homme digne de son admiration, un peu saint, ou chercheur génial, elle peut enfin donner sa mesure et devenir une compagne exceptionnelle. Elle le secondera, saura le conseiller, usant de son intuition et aplanissant la route pour son « grand homme » plongé dans ses cornues ; chienne de garde vigilante, nul ne viendra à bout de sa détermination. Il ne faut jamais sous-estimer l'influence d'une femme Scorpion sur son mari et, si celui-ci connaît des revers de fortune, elle se battra à ses côtés, sans jamais faiblir. S'il réussit, il ne fait pas de doute que c'est à elle qu'il le devra.



Le signe Scorpion et ses douze ascendants