Le signe de la Vierge est le sixième des douze signes astrologiques du zodiaque

signe vierge
Vierge: 24 Août - 23 Septembre

Attributs: Négatif, mutable, de Terre, gouverné par Mercure.
Féminin, stérile, nocturne, humain, volatile.
Symbolise: La terre, les gens bons, purs et résignés; le devoir, la virginité, les deuils de coeur, déceptions sentimentales, chagrins en amour, amitié ou mariage; les contrariétés par autrui, les ocupations subalternes et les honneurs difficiles; avantages par ou pour les frères; maladies intestinales.
Régit dans le monde: Le monde subalterne et la classe ouvrière, les serviteurs ou services subalternes de la nation, le monde du travail industriel et surtout de la chimie, les ateliers, fabriques, laboratoires; les petits animaux domestiques, les corvées, le prolétariat.
Qualités: Intériorisation, adaptabilité, matérialité. Calcul, commerce, critique et analyse. Logique et discernement. Perspicacité, esprit pratique. Chimie, mécanique, médecine, pharmacie, hygiène, diététique, travaux subalternes. Efficience pratique, méthode, attention et ingéniosité. La conscience dans le service.
Défauts: Criticisme, égoïsme, timidité, crainte de la maladie, esprit pointilleux, éxagération du détail. Manque d'audace et d'envergure. On "coupe les cheveux en quatre".
Gouverne: Les entrailles, les intestins.
Correspond à: La sixième maison.

La Vierge et les autres signes

Les partenaires favorables aux natifs de la Vierge sont les natifs du signe Capricorne (22.12 au 20.01), du signe Taureau (21.04 au 21.05).
Les ralations avec les natifs du signe Cancer (22.06 au 22.07) et du signe Scorpion (24.10 au 22.11) peuvent également être harmonieuses.
Il faudra éviter les signes des Gémeaux (22.05 au 21.06), du Sagittaire (23.11 au 21.12) et des Poissons (20.02 au 20.03).



Comme il est difficile d'accepter l'image que les autres vous renvoient ! Le Lion a voulu imprimer ce qu'il est sur les autres, transformer son entourage. S'apercevant que ce n'était pas les autres qui devaient être transformés mais bien soi-même. La Vierge sent qu'elle a un gros travail à faire. La voila alors perfectionniste, tatillonne, un peu en retrait des autres, sans vraie spontanéité. Complexée par l'image qu'elle a d'elle, elle se dévalorise.
La Vierge est minutieuse, calculatrice, logique, rationnelle, travailleuse. Elle s'attache au détail qui cache la forêt. Elle aime les métiers où elle se sent utile et au service des autres.
La Vierge s'active.
"Je vais vous préciser comment il faut faire, c'est une question technique !".
Écartant tout inconnu, elle prend appui sur les bases sensées de son jugement pour édifier un monde de précision, d'ordre et de sécurité.
En terme de climat :
  • inquiétude, recherche de la sécurité
  • contrôle, maîtrise, inhibition, esprit fourmi
  • réserve, prudence, défensive, maniaquerie

En terme de besoins psychologiques :
  • besoin de tout contrôler, de tout maîtriser
  • besoin de confiance
  • besoin de se rassurer

En terme d'objectif :
  • se perfectionner et se mettre au service des autres avec humilité, tout en s'adaptant aux conditions extérieures. Parvenir à la maîtrise et à l'expertise.

En terme d'archétype :
  • le serviteur
  • le martyr
  • le perfectionniste
  • l'analyste

En terme de comportement :
  • Tempérament nerveux, sec
  • inquiet, se crée beaucoup de problèmes : perfectionniste
  • refus de l'instinct et de l'affectif : réfléchit avant d'agir, pèse et mesure le pour et le contre. Énorme besoin de sécurité, matérielle (esprit fourmi), intellectuelle (analyse et rationalise) et affective (peur de perdre l'affection des autres, tendance à projeter son inquiétude sur autrui).
  • un pas en arrière au lieu du pas en avant, retrait et rétraction, renoncement et détachement, risque de sentiment d'infériorité. Doute de lui et de ses capacités.
  • efficacité remarquable, tact, gentillesse, merveilleux sens de l'analyse et du détail


  • Le signe de la Vierge au masculin

    Comment le reconnaître ?

    Là encore, deux types s'opposent. Le « Vierge sage » ou « classique » ceci de remarquable qu'on ... ne le remarque pas; ses traits sont réguliers, fins, sans rien qui choque ou accroche le regard. Lorsqu'on veut le décrire, on reste court. On dit « Il est assez beau » ou « il a un visage régulier ». Le front est assez haut mais sans qu'on puisse en faire un signe distinctif; le nez moyen, droit; les yeux mobiles, scrutateurs, observateurs ... et c'est peut-être là l'indice le plus frappant. La bouche est plutôt mince, avec des lèvres finement dessinées mais serrées l'une contre l'autre. La voix porte peu. De la silhouette, on ne peut dire qu'une chose : ces mercuriens sont généralement sveltes et se déplacent rapidement, avec légèreté ; le corps est harmonieux mais les épaules ne sont pas larges et l'ensemble n'est jamais athlétique. La taille est médiocre.
    L'autre type, le « Vierge folle », serait dominé non plus par Mercure mais par Vulcain (planète hypothétique, transplutonienne). Il est au contraire facile à caricaturer : il ressemble à Polichinelle. On dit de lui qu'il a une trogne, ou une "gueule ». Les yeux sont plus mobiles encore, avec un côté « rigolard » ou moqueur ... le nez est long, en banane, important dans le visage. Son côté Cyrano. La bouche est expressive, mobile, parfois figée dans un rictus. Le corps n'est pas beau; avec l'âge il s'empâte ou se déforme ; il prend du ventre. Il arrive même qu'il y ait en lui quelque chose de difforme ou de grotesque dans son apparence et comme Vulcain son maître, il est fréquent qu'il soit affecté d'une claudication, suite de maladie ou d'accident.


    Comment se porte-t-il ?

    Les Vierges sont généralement soucieux de leur santé, attentifs à leur alimentation, un peu maniaques ou obsessionnels, craignant les microbes ou la contagion. Ils sont à la fois fragiles et résistants. Ou plus explicitement, ils apparaissent fatigables, accessibles à la dépression, souvent atteints de maux et de douleurs changeants affectant la zone abdominale et les intestins ... mais ils récupèrent très vite. Souvent patraques, ils se couchent rarement et se contentent de se plaindre ou de raconter leurs maux... lorsqu'ils appartiennent au type bavard expansif. Ils sont le plus souvent victimes, à un niveau physique, des conflits ou des angoisses qui les affectent. Il s'agit par exemple de contractures musculaires liées à leur nervosité. L'estomac se ferme, ils ont « la boule dans la gorge » et ne peuvent plus rien avaler. Ou bien souffrent d'indigestion ... avec une feuille de salade.
    Mais il existe aussi un virginien bon vivant qui fait honneur à sa cuisinière et se constitue une cave raffinée, apprécie les bons restaurants et le confort, se porte bien et sait se préserver du monde extérieur ... en faisant appel à un solide égoïsme. Il est facile à soigner puisqu'il suivra scrupuleusement les traitements qu'on lui ordonne. Son armoire à pharmacie est un modèle du genre ! Il peut se faire traiter à l'homéopathie, ayant intérêt à éviter les médicaments « de choc » et n'étant pas rebuté par les doses à prendre à heures et à jours fixes. Il suit aussi facilement les régimes... avec une tendance à en essayer trop et trop souvent. Amoureux de la diététique, il se fournit dans les maisons où on vend des produits naturels ou macrobiotiques. Il jeûne volontiers, par hygiène physique et mentale. Le danger naît de l'inquiétude qui le tourmente dès qu'il éprouve le plus léger malaise. Il faudrait lui interdire la lecture des dictionnaires médicaux ! Pour mieux vivre, il fera des cures de raisin... précisément à la saison qui le voit naître. Il mangera des céréales, du blé germé, du céleri, des pommes, de la salade cuite. Mais il ne doit pas abuser des aliments cellulosiques, des légumes verts. Il évitera surtout les aliments à forte fermentation, les féculents ainsi que les graisses, les charcuteries et tout ce qui est difficile à digérer.
    Il doit aussi se défier de sa nature sédentaire. Peu sportif, il se refuse à marcher, à faire de l'exercice. A la rigueur, il s'adonnera aux sports d'adresse, au golf miniature, au ping-pong, etc. Il y a chez lui une prédisposition maniaco-dépressive, c'est-à-dire qu'il passe par des phases dépressives suivies d'états euphoriques. On lui recommandera le sel de Schussler : Kali Suljurioum, à prendre régulièrement.


    Comment réagit-il ?

    Du Vierge classique, on peut dire qu'il est minutieux, précis, attentif aux détails, raisonnable... à perte de vue, recherchant l'ordre, la mesure et la logique en toute chose. Il travaille avec une exceptionnelle efficacité. Les virginiens ont le goût de la lecture, de la curiosité d'esprit et collectionnent les connaissances dans les domaines les plus divers; d'où une culture en mosaïque, généralement superficielle mais qui fait son effet. Ils ont la citation facile, étant servis par une mémoire remarquable. On trouve en eux un mélange de scepticisme - ce qui les rend railleurs et caustiques - et de sensibilité à l'irrationnel, voire de superstition. Ils supportent mal qu'on les interrompe et reprennent leur discours là où ils l'ont arrêté. Critiques et ergoteurs, il n'est pas aisé de discuter avec eux, d'autant qu'ils sont éloquents, persuasifs, habiles à défendre leur raisonnement. Ils adorent être consultés, donner des conseils. Les événements leur donnent souvent raison car ils ont de la logique, du bon sens, des compétences et savent, en outre, tendre des pièges aux autres, calculer, voir au-delà des apparences et de l'immédiat. La vie quotidienne auprès d'eux n'est pas divertissante car ils sont souvent égoïstes et maniaques. L'imprévu les dérange. Pourtant, dans les circonstances d'exception, leur efficacité est incomparable et quand ils prennent une situation en main, on peut leur faire entièrement confiance. Au-delà de leur égocentrisme, ils sont capables de dévouement extrême. Et ça n'est pas le moindre des paradoxes de cette personnalité riche en contradictions. Autant le Vierge classique est secret, discret, pudique, autant le Vierge vulcain est bavard, impudique, indiscret. Autant l'un est soucieux de conserver en tout une juste mesure, autant l'autre veut faire éclater cet univers raisonnable et passer à la démesure. C'est ainsi que parfois il atteint au génie. Le conformisme de l'un et son respect des conventions, d'une certaine bourgeoisie qui lui va comme un gant devient chez l'autre un passage à la désacralisation de toutes les valeurs traditionnelles par le rire, la caricature. C'est le « fou » du roi qui fait exploser le pouvoir et traverse le feu sans s'y brûler, parce qu'il fascine par son intelligence, sa lucidité et son esprit.


    Pour quoi est-il fait ?

    Pour tous les métiers où il faut compter, vérifier, préparer, mettre en ordre, faire preuve de patience, d'exactitude, d'ingéniosité, de discernement. Les qualités virginiennes, dans le travail, sont innombrables. Du comptable au pharmacien en passant par le bibliothécaire, le documentaliste, le contrôleur ... Le virginien est un parfait fonctionnaire, de l'employé des P.T.T. à l'Enarque. En d'autres termes, il est méthodique mais manque d'imagination et surtout du sens de l'aventure. Et c'est prévisible chez un être dont toute la stratégie intérieure vise à assurer sa sécurité. Matérielle et morale. II faut aussi tenir compte de sa dimension « serviable » et de son besoin de dévouement, justification d'une vie qui lui apparaît par ailleurs quelque peu stérile. Et on le retrouvera alors dans toutes les professions altruistes, du serviteur qui ne quittera jamais ses maîtres, au secrétaire irremplaçable, en passant par le vétérinaire (le Vierge aime les animaux), l'infirmier, le médecin. Débarrassé de ses inhibitions et de ses complexes d'infériorité, il peut monter dans la hiérarchie sociale. La politique pourra le tenter ... mais s'il veut toucher au pouvoir, il doit rester Richelieu plutôt que le roi, tirer les ficelles dans l'ombre, jouer les éminences grises. Parmi les professions où il peut très bien réussir, citons encore le barreau ; il fera un excellent avocat d'affaires, astucieux et plein de ressources. S'il fait des affaires, il faut qu'il sache progresser avec patience et ne pas tenter d'emblée « le grand coup ». Chez le Vierge vulcain, on trouve les qualités du tribun, l'orateur passionné, l'artiste, le masseur, celui qui « pétrit la matière » et la transforme, utilise le concret, le réel, le sordide pour l'ennoblir. Lorsque le virginien parvient à ne plus vivre dans la peur de manquer, il peut mettre son intelligence remarquable au service d’une grande oeuvre : littéraire, comme Goethe, Chateaubriand ou Maupassant ; scientifique, comme Cuvier ou Maeterlinck ; politique, comme Richelieu ou Jaurès.


    L'homme Vierge et l'Amour...

    Le Vierge fournit un fort contingent de célibataires. On ne peut y voir un hasard. D'une part, il y a la méfiance; d'autre part, l'exigence. Le Vierge n'est nullement prêt à se contenter de « n'importe quoi ». Il y a ensuite la peur d'être « floué », trahi, abandonné. Et peut-être plus encore la peur d'être violé, envahi, ou qu'on lui demande des manifestations extérieures dont il n'est pas capable. Sa pudeur, son amour du silence ne favorisent certes pas une communication à laquelle il se refuse de toutes ses fibres. S'il parle, c'est pour aborder tous les sujets sauf ceux qui sont intimes et profonds. Il se défend contre toute intrusion, refuse les excès de la passion. En vieillissant, il se bonifie et se laisse davantage aller aux confidences. Lorsqu'il se marie, il tend à vivre « à côté » de sa femme et non avec elle. Il fait son devoir, lui assure sa subsistance, se préoccupe de l'éducation de ses enfants. Mais il y a des choses dont on ne parle pas. Ça fait des femmes frustrées, insatisfaites, des ménages qui explosent ... ou des couples qui, à un certain âge, n'ont plus en commun que les mots-croisés du soir, la télévision et les comptes du ménage. Le Vierge est souvent fidèle ; sinon, il fait ses coups « en douce » par goût profond du secret. Il se justifiera en assurant qu'il ne veut pas que sa femme souffre. Car il respecte son foyer ... ou du moins la façade qui subsiste. Il pourra cependant aimer longtemps la même femme si celle-ci a l'habileté - ou l'amour - de l'admirer et de renforcer constamment sa confiance en lui-même, de lui faire une vie douillette et protégée.



    Le signe de la Vierge au féminin

    Comment la reconnaître ?

    La Vierge sage a le visage des madones italiennes, un ovale pur, un grand front lisse, des yeux bien dessinés surmontés de sourcils arqués, un nez droit, une bouche petite et des dents semblables à des perles fines. Le teint est « de rose et de miel ». Le corps est « chaste » ; c'est dire qu'aussi bien faite qu'elle soit, elle conserve un comportement modeste et effacé ; elle n'aime guère son corps et manque d'aisance, surtout à l'adolescence. La Vierge folle, elle, a des traits plus accusés, le nez plus fort, la bouche plus sensuelle, parfois marquée d'un pli ironique, le regard est perçant et « fouineur ». Celle-là est bavarde, curieuse, avec un côté « pipelette » qui irrite sa soeur « classique ». Elle rit fort, s'habille en « danseuse de corde », ne craignant ni l'excentricité ni le mauvais goût. Jamais elle n'est « fatiguée » : elle est « épuisée ». Elle n'est pas « ravie », elle est « folle de joie ». Bref, la Vierge folle se meut à l'aise dans le superlatif. Parfois les deux types morphologiques sont étroitement mêlés. On le comprendra en observant un personnage comme Sofia Loren.


    Comment se porte-t-elle ?

    Comme son frère du signe, elle souffre de ses intestins fragiles et de leur disfonctionnement à peu près permanent ; elle passe d'une colite à une entérite, d'une gastrite à une crise de foie. L'ensemble du système digestif doit être soigné. Elle a aussi des ennuis spécifiquement féminins qui commencent à l'adolescence et l'abandonnent après la ménopause ... à moins qu'en cours de route elle ne subisse une hystérectomie, à la suite d'un fibrome, d'un kyste ou d'hémorragies anormales. Plus encore que le natif, elle souffre d'un système nerveux fragile et tire trop « sur la corde ». Elle est sujette à des états dépressifs surtout après des phases d'excitation où elle s'imagine pouvoir déménager toute seule sa maison ou se rendre à trois rendez-vous en même temps. Souvent d'ailleurs, sa vie professionnelle contribue à l'épuiser car si elle est infirmière, par exemple, elle n'hésitera pas à prolonger ses heures de service, à remplacer une camarade fatiguée ou à faire en rentrant chez elle, après une dure journée, des travaux ménagers minutieux qui usent ses forces. Son courage étonne et surprend, car elle est plutôt menue. Si elle trouve un but à sa vie, elle découvre en elle des trésors d'énergie. Un peu de calme et de solitude lui sont nécessaires (son côté vieille fille) mais elle ne supporte pas un isolement prolongé. Elle s'invente alors des corvées, des B.A., des activités, s'agite et s'agite encore, jusqu'au moment où elle tombe épuisée sur son lit. C'est donc à une régulation de son activité qu'elle devrait s'atteler. On ne peut que lui conseiller de recourir à son bon sens, de se soigner, de faire appel à l'homéopathie, à l'acupuncture, au Yoga, à la relaxation, ainsi qu'à la natation ou à la marche pour lutter contre sa tendance sédentaire. Elle se soignera volontiers avec des simples, des tisanes ; elle a ses recettes-miracles, ses infusions, ses décoctions ... et sait fort bien soigner les autres. Ses conseils sont, dans ce domaine, très sages.


    Comment réagit-elle ?

    Qualités et défauts de l'homme se retrouvent ici. Mais le signe, qui est féminin, s'épanouit ici plus facilement dans la voie du dévouement. C'est par l'altruisme que la Vierge dépasse ses angoisses. Si elle reste centrée sur elle-même, elle devient vite insupportable, ressassant sans cesse ses malheurs, remâchant ses déceptions et critiquant le monde entier. En donnant aux autres son temps et ses soins, elle acquiert une autre dimension, devient pareille à la déesse Démeter qui était responsable de la bonne marche de la terre. Lorsqu'elle a engrangé sa moisson, la Vierge s'est assuré sa sécurité; qu'elle existe sous forme de compte en banque, de biens au soleil ou simplement d'un travail dans lequel elle aura su se rendre indispensable. Elle a « rempli son devoir ». Et elle attend. C'est cette attente qui, dans la vie de la Vierge, prend un aspect si angoissant. Lorsque tout est en ordre, les choses se figent ; on ne peut plus bouger. Le mouvement entraîne le désordre, qui entraîne une nouvelle nécessité de ranger. Léon-Paul Fargue, le poète, disait dans son Apologie du désordre : « L'ordre est une arrivée, le désordre est un départ » Et pour la Vierge, c'est bien cela : il faut « arriver » pour être en sécurité ... Bien sûr, la Vierge sent parfois qu'elle s'enferme dans un univers trop « rangé » ; alors, elle tente une « sortie » vers le monde extérieur. Lorsqu'elle parvient à se débarrasser de ses côtés raisonnables et à surmonter sa méfiance, qu'elle s'est construit une vie acceptable sur le plan affectif ou qu'elle s'est dépassée elle-même dans l'amour de ceux qui auront besoin d'elle, elle peut trouver un équilibre.


    Pour quoi est-elle faite ?

    Elle est essentiellement faite pour « servir ». Et cela lui ouvre un champ assez large. Du dévouement altruiste exigé par des professions médicales ou para médicales aux métiers liés à des « prestations de service », il y a du choix. Où qu'elle soit, sa compétence est reconnue. Elle fait bien ce qu'elle a à faire, qu'il s'agisse de cuisiner, de préparer un médicament, de faire la comptabilité de son patron, de préparer ses cours ou de tenir un hôtel. Secrétaire ou institutrice, pharmacienne ou « demoiselle des postes », elle est toujours irremplaçable. Il est rare de réunir sur une seule tête tant de vertus et de mérites : du jugement et assez de sens critique pour mettre en garde son patron parfois moins clairvoyant; de l'efficacité et assez d'organisation pour savoir faire plusieurs choses à la fois ; du dévouement et assez d'esprit pratique pour en tirer quelques substantielles économies. De la compétence mais assez de modestie pour savoir mettre en avant des camarades de travail ou contribuer à la défense de leurs intérêts. La Vierge sage s'en tiendra à des positions subalternes; la Vierge folle aura plus d'initiative et d'ambition. Elle peut réussir au niveau le plus élevé et saura se faire accepter même par les hommes les plus méfiants à l'égard des femmes. Elle force leur respect et leur estime.


    La femme Vierge et l'Amour...

    Elle fait une excellente épouse : attentive, bonne femme d'intérieure, dévouée, compagne intelligente qui saura seconder son mari mieux que personne tout en ayant toujours l'habilité de s'effacer devant lui. Elle fait partie des femmes dont les maris disent : « Je n'ai rien à lui reprocher. Ma femme est parfaite, sérieuse, fidèle, économe... c'est à désespérer ! ». Car l'Amour meurt avec l'habitude et la Vierge a trop tendance à s'installer, à "ronronner" sans se poser de questions. Trop de perfection et de raison finissent par étouffer la plus intense passion ! Elle devra apprendre à faire des caprices, à rire de bêtises et à pleurer de colère, à s'épancher et à se révolter. On trouve plus de passion chez la Vierge folle qui, contrairement à sa soeur, a "de l'expérience". Mais elle cherche souvent, de bras en bras, cet amour impossible qui "seul vaut d'être vécu". Tant qu'elle est jeune, elle croit ainsi vivre intensément mais a conscience de ne pas être heureuse et lorsque la quarantaine arrive, elle redoute, comme la Vierge sage, de rester seule et d'avoir gâché sa vie, reportant son affection sur un ami, un chat ou un chien, à défaut d'un enfant qu'elle adoptera. Elle suscite des attachements profonds mais s'échappe avant qu'on la "piège". Ses amants épousent d'autres femmes mais continuent à lui faire la cour. Elle est flattée et s'en indigne. Elle a le sentiment d'avoir "raté le coche", par excès d'intransigeance et par peur d'être déçue.





    Le signe de la Vierge et ses douze ascendants