Le Cancer au masculin et au féminin

Le Cancer au masculin

Comment le reconnaître ?

Il importe de distinguer deux types de cancériens : le << lunaire rond 1> avec son visage d’enfant, son bout de nez – parfois retroussé -, ses grands yeux naïfs, extrêmement ouverts, comme le tout-petit qui semble toujours s’émerveiller devant ce qu’il voit. Une bouche pas très grande mais gourmande. Il fait la moue … Le corps tend à être enveloppé, les muscles pas très fermes, souvent la chair pâle. L’estomac est de bonne heure proéminent ‘ et les hanches assez lourdes, le buste long mais les jambes courtes. Un air d’immaturité. Le << lunaire long ,>, c’est Pierrot, le Chevalier à la triste figure, Don Quichotte contre son frère arrondi, Sancho Pança. Lui, c’est le poète nostalgique, celui qu’on reconnaît à ses yeux tombants, à son nez long et à ses lèvres minces, à son visage émacié. Mais l’oeil, lui aussi étonné et rêveur, regarde au-delà des formes réelles, voyant des ennemis là où il y a des moulins à vent. Ce Cancer là est long, grand, maigre… mais pas très musclé non plus. Cocteau illustre assez bien ce type de << poète inquiet > et Francis Blanche répond au type rond et jovial… mais on perçoit sous le masque du clown le goût du rêve, de la poésie et la fragilité.

 

Comment se porte-t-il ?

La première maladie du Cancer : son hypocondrie
. En effet, il a toujours peur d’être malade et s’invente des maux dont il finit par éprouver les symptômes. Il a peur de la mort et peur de souffrir, se complaît dans la description de ses troubles, se fait soigner par trois médecins à la fois, leur téléphonant sans cesse pour leur faire part de ses alarmes. Lorsqu’il souffre- par exemple de l’estomac-, il ne peut s’empêcher de soupirer à fendre l’âme et sollicite de son entourage des soins attentifs qu’il fait mine de repousser.
Très émotif et impressionnable, ayant trop d’imagination, il a tôt fait de s’enterrer ou de se voir atteint de quelque mal incurable
.
Lorsqu’il ne se sent pas bien, il s’installe dans un état régressif: cela peut se traduire par une tendance à dormir de façon excessive, à trop boire (à biberonner), à s’acheter des gâteaux ou à vider son frigidaire en pleine nuit. Ou à pratiquer, jusqu’au génie, l’art du chantage. Par opposition au Cancer qui dort trop, il existe son frère noctambule qui trouve toujours un prétexte pour reculer le moment de se coucher. On retrouve là, sans doute, à un niveau inconscient, sa vieille peur de la mort.
Le point faible de l’homme Cancer est l’estomac. II mange trop et trop vite des choses qui ne lui conviennent pas. Il peut aussi souffrir d’aérophagie, de troubles allergiques (urticaire, psoriasis). Parfois, ennuis digestifs d’origine nerveuse ou provoqués par des parasites. En dépit de tout, il résiste mieux qu’il ne veut le faire croire …
Il doit s’imposer une bonne hygiène de vie, dormir ni trop ni trop peu, éviter les excès quels qu’ils soient – dans le domaine sexuel notamment -, limiter sa consommation d’alcool, s’interdire les boissons gazeuses qui entretiennent sa « poche d’air » stomacale.
Son régime alimentaire joue un rôle déterminant dans son équilibre physiologique. Il aime les laitages et peut en user. Non en abuser. Il doit consommer des légumes frais et des fruits, des amandes ou des noisettes, du poisson ou des crustacés mais il ne doit abuser ni des viandes, ni des sauces. Il aime le sucre mais tend à trop manger, ainsi que de pain … alors qu’il a intérêt à renoncer aux hydro-carbones.
L’heure du repas doit être un moment de détente. Rien de plus néfaste que les déjeuners avalés en toute hâte et dans un climat de tension … l’ulcère n’est pas loin … Les sports aquatiques lui conviennent parfaitement : natation, voile, ski nautique, canotage, pêche sous-marine, etc. L’eau est son élément, celui des <> et il s’y abandonne avec bonheur. Son remède homéopathique : Calcarea Fluorica.

 

Comment réagit-il ?

L’homme cancer est un être charmant, plein de poésie et de délicatesse, sensible et rêveur
. Il sait raconter des histoires comme personne et possède l’imagination la plus féconde de tout le Zodiaque.
Mais son don le plus précieux n’est-il pas le don d’intimité ? Près de lui on se sent tout de suite à l’aise, en confiance ; on se laisse aller. Peut-être parce qu’
il a le naturel et la spontanéité de l’enfance

. Et aussi cette fraîcheur d’âme qui le met à l’abri de toute forme de vieillissement. Ses réactions sont éminemment subjectives ; il a du mal, – lui qui vit en permanence dans la « coïncidence » – à passer à la , à prendre du recul. Il éprouve très fort ce qu’il ressent et cela l’empêche souvent de se dégager de son affectivité. Il demeure longtemps un « gros bébé », toujours en quête d’une mère.
Son confort, une vie douillette et protégée qui encourage le côté passif de sa nature lui semblent indispensables. Il possède une excellente mémoire … ce qui ne l’empêche pas d’être dans la lune. Actif nonchalant, il travaille plus qu’on ne le croit mais n’a jamais l’air de se bousculer. Dilettante, touche-à-tout, brillant, curieux, avec une intelligence à facettes, il s’intéresse à mille choses et les approfondit peu … mais les « sent ».

 

Pour quoi est-il fait ?

Tout ce qui a trait à l’image, à l’imagination, à l’imaginaire concerne le Cancer. C’est pourquoi il est doué pour la photographie… ou le cinéma, la poésie et l’écriture romanesque, la peinture (de préférence naïve ou surréaliste).
Il a aussi un excellent contact avec la foule, avec la femme et l’enfant. Il peut donc réussir dans un métier « public », lié à une clientèle, s’occuper de problèmes sociaux, de médecine infantile, de pédiatrie, d’accouchement. Ou bien de la mode, de la décoration. Son sens du confort et de la vie domestique fait de lui un excellent installateur. Il a l’instinct du gadget pratique et sait le vendre aussi bien que l’acheter !
Un danger dans sa vie professionnelle : le mirage. Une tendance à prendre ses désirs pour des réalités. S’il ment aux autres, c’est d’abord qu’il se ment à lui-même. Tout est toujours sur le point de se faire, il a en vue des projets mirobolants, la fortune est à la porte, les contacts sont pris, tout sera signé dans les plus brefs délais … et déjà il dépense l’argent qu’il n’a pas encore encaissé … et qu’il n’encaissera jamais. Alors, pour rembourser ses dettes, il joue ou se lance dans de nouveaux et grandioses projets qui ne peuvent, bien entendu, manquer d’aboutir! Et le cycle infernal l’entraîne très loin. Jusqu’au pont du clochard, parfois. A moins que la chance ne survienne… et on ne peut nier son apparition dans la vie des cancériens. Ils sont follement dépensiers. Plus ils sont anxieux, plus ils dépensent. Ils peuvent se montrer très généreux – surtout s’ils en profitent en même temps, par exemple pour un voyage ou l’installation d’une maison- et d’un seul coup faire preuve d’avarice ou vouloir imposer à tous d’incompréhensibles économies de bouts de chandelle.

 

L’homme Cancer et l’Amour…

Lorsque la fixation à la mère est trop forte, l’homme Cancer peut ne jamais s’en arracher et se retrouver définitivement homosexuel. Mais le plus souvent, sa sensualité le porte vers la femme, que celle-ci soit ou non à l’image de sa mère. S’il n’a pas trouvé sa maturité dans la paternité, il recherchera des < filles > pour lesquelles, à l’âge mûr, il sera une image paternelle … fortement incestueuse. Elles s’attacheront d’ailleurs à cet amant expert et infatigable. On lui reproche souvent de préférer la quantité à la qualité mais il faut dire à sa décharge qu’il plaît beaucoup aux femmes et qu’il les comprend mieux qu’aucun autre, étant psychiquement si féminin lui-même. Il devine la femme, perçoit ses désirs, l’entraîne dans un univers fantasmatique et merveilleux.

On lui reproche aussi d’être susceptible
, de faire des scènes extravagantes, de se livrer à des chantages affectifs insupportables, de se complaire dans les rapports infantiles et les jeux de bourreau à victime. A côté du cancérien infidèle et inquiet, il en existe un autre simplement désireux de se marier avec une femme gentille qui deviendra la mère de ses enfants, acceptera ses petites manies et portera plus ou moins la culotte.
Il sera merveilleusement < maternel,> avec ses enfants, saura jouer avec eux et les comprendre. Pour lui, une femme, une maison, des têtes blondes, une pipe et des pantoufles représentent l’équation idéale. Il rêvera de voyager, sans quitter le port … alors que l’autre cancérien voyagera sans cesse en rêvant d’un port d’attache où l’attendraient des femmes tendrement aimantes …



Le Cancer au féminin

Comment la reconnaître ?

Chez la femme du signe Cancer, les deux types morphologiques (rond et long) sont plus mêlés que chez l’homme. Un air de douceur des traits qui demeurent longtemps enfantins,< l’oeil de biche)> …toujours un peu traqué ou de grands yeux qui lui mangent le visage, elle est plus mignonne et plus touchante que jolie.
Elle a surtout beaucoup de charme, un joli teint laiteux et rose, un sourire .très jeune même à un âge avancé, un air rêveur et un peu fragile qui appelle chez autrui un réflexe protecteur. Elle se fait d’ailleurs volontiers passer pour plus fragile qu’elle n’est … car cela sert sa passivité naturelle. On trouve deux types de femme Cancer : l’une plus menue, très < femme-enfant>, avec une « carrure de serpent » et un air d’éternelle petite fille; l’autre, plus « flamande », bien en chair, avec une poitrine abondante et des flancs épanouis, du type « mère-nourricière ».

 

Comment se porte-t-elle ?

Signalons

une très particulière sensibilité aux phases de la lune qui modifient son humeur et son comportement
, également son sommeil, provoquant parfois des crises de somnambulisme, des accès de nervosité, de médiumnité également.
Les femmes du signe du Cancer doivent tenir compte de l’aspect prémonitoire de certains rêves. On trouve chez elle une tendance marquée à « tomber malade » lorsqu’elle a des soucis ou des angoisses. Les « somatisations » se feront à divers niveaux : digestifs essentiellement, respiratoires mais peut-être plus encore, allergiques, à travers des crises d’asthme ou des poussées d’urticaire par exemple.
Elle doit surveiller ses seins qui peuvent être le siège de mammite, de kystes, d’abcès, etc. A l’adolescence, il y a souvent des problèmes endocriniens et une tendance à l’embonpoint. Les cancériennes ont facilement les jambes lourdes et une tendance à retenir l’eau dans les tissus. Elles ont souvent < mal partout>, éprouvent de soudaines fatigues, des contractures musculaires qui ne sont que la traduction physique de leurs « contractures psychiques ».
On leur donnera les mêmes conseils qu’à l’homme du signe en ce qui concerne l’hygiène alimentaire quotidienne. Mais elles auront intérêt à consulter un psychologue si leurs troubles persistent ou si elles avaient trop tendance à faire de l’angoisse. Souvent, elles trouvent leur équilibre dans la maternité ; adorant les enfants- surtout les tous-petits- elles racontent volontiers à quinze ans qu’elles en auront une douzaine … la fatigue après le deuxième ou le troisième, les amène à changer d’avis …
Elles ont un système nerveux fragile, une nature émotive
. Leur santé dépend de leur bonheur et de leur sécurité. Elles pleurent facilement, détestent la vieillesse – celle des autres et la leur plus encore. Elles devront apprendre à l’accepter … le passage à l’état de grand-mère les y aide souvent.

 

Comment réagit-elle ?

La femme du Cancer rêve beaucoup et a parfois du mal à faire le partage entre la réalité et ses fantasmes.
Enfant, elle adore se déguiser jouer à être une autre. Si elle ment, c’est davantage par besoin de travestir la vérité, de l’embellir, que d’en tirer un quelconque avantage personnel. Ou bien parce que cela lui donne une image d’elle-même plus pittoresque et plus romanesque. Comme elle a de la mémoire, elle s’en tire bien pendant longtemps.
Mais elle n’a pas le goût de l’effort et sa paresse lui joue des tours. Cette lymphatique connaît de brusques poussées d’activité; toutefois elle délègue volontiers ses pouvoirs et « passe la main » sans remords. A défaut de volonté, elle a de la ténacité. La maternité peut faire d’elle un être tout différent de l’adolescente douée, rêveuse, intelligente et créatrice qu’elle a été. Elle devient alors plus responsable, plus sûre d’elle, avec de brusques accès d’autorité et plus de force de caractère mais moins de fantaisie. Elle devient « popote », ne s’intéresse plus qu’à sa progéniture, abandonne ses rêves. Devant l’angoisse, elle dépense de l’argent, s’achetant trois robes le même jour … même si son budget doit en pâtir.
Chez elle, la fixation à l’enfance est très forte; celle-ci se fait aussi bien au père qu’à la mère. Parfois, on la retrouve vieille fille, à quarante ans, ne s’étant jamais décidée à quitter ses parents ; elle les enterrera et tombera malade, ne supportant ni leur mort ni sa solitude./p>

 

Pour quoi est-elle faite ?

On la trouve dans toutes les professions « maternelles » : puéricultrice, psychologue pour enfants, jardinière d’enfants, rééducatrice, infirmière, etc. Elle obtient parfois des résultats miraculeux grâce au contact qu’elle a avec les jeunes. Comme l’homme du signe elle peut aussi réussir dans les professions en rapport avec le cadre de vie, la maison, la décoration l’ameublement, etc.
Elle sait admirablement percevoir le cadre qui plaira et conviendra à ceux qui la chargent de décorer leur intérieur. Douée d’imagination et de sens poétique, elle écrit de jolis contes pour enfants, des romans frais et sensibles ; elle a le sens de la couleur plus encore que celui de la forme ; le dessin et la peinture l’attirent. Elle fait de bonnes photographies, d’excellents portraits. C’est souvent une comédienne appréciée pour son charme et son naturel, comme Leslie Caron ou Nathalie Wood …’ D’une manière générale, elle a besoin d’être encadrée, qu’une discipline de travail lui soit imposée de l’extérieur. Elle s’y plie alors avec bonne volonté.

 

La femme Cancer et l’Amour…

Si la fixation au père a été forte, qu’il ait été idéalisé ou absent, la jeune fille Cancer recherchera toute sa vie cette image à laquelle elle ne veut pas renoncer. Elle rencontrera alors – car il n’y a pas de hasard – des hommes mûrs auxquels elle demandera protection et tendresse.
Mais si la relation est par trop névrotique, malsaine, la cancérienne demeurera insatisfaite, s’installera dans « un état d’enfance », pernicieux dans la mesure où elle ne progressera plus. Le rôle de femme-enfant exige beaucoup de rouerie… Il faut se donner du mal pour avoir toujours l’air de ne rien savoir faire, de ne jamais pouvoir s’en tirer toute seule !
La femme Cancer équilibrée recherchera le mariage et les enfants. Si elle doit un jour choisir entre sa carrière et sa vie de femme, elle sacrifiera la première. Jeune fille, elle rêve du Prince charmant. Femme mûre, elle renonce à ses rêves et se consacre entièrement à ses enfants, parfois au détriment du mari qui en conçoit quelque jalousie.
Ni l’homme ni la femme du signe n’ont intérêt à aller vivre chez parents ou beaux-parents : le lien de dépendance ne pourra plus jamais être rompu et le mariage n’y résistera pas.
La femme du Cancer doit se défier de ses tendances masochistes, de sa nature qui la porte aux illusions – et l’expose donc aux déceptions répétées -, de ses jugements naïfs ou subjectifs, de sa passivité – laissant trop souvent l’autre décider pour elle de son destin et de ses choix.