Cancer Ascendant Sagittaire

Vous êtes Cancer ascendant sagittaire

Cancer ascendant SagittaireD’un côté, un pantouflard qui verrait bien la sieste inscrite parmi les disciplines olympiques, et de l’autre un saltimbanque, toujours par monts et par vaux. Un cruel dilemme que vous traitez, pourtant, avec une certaine désinvolture.
Pour vous, en effet, rien ne presse. Demain sera toujours un autre jour. Quant aux questions existentielles, vous en débattrez au coin du feu, un verre à la main. Jovial, accueillant, vous n’éprouvez nul besoin d’évoquer l’au-delà pour jouir du paradis.
Pour vous il fleurit ici, sur cette bonne vieille planète Terre, pourvu que vous soyez entouré de votre tribu, d’une ribambelle d’amis, sans oublier vos animaux familiers.
Qu’il y ait toujours du blé en abondance pour pétrir le pain et des vignes pour porter un toast à Bacchus. Qu’on ne croit pas cependant que vous ne voyez pas plus loin que le bout de votre fourchette !

Entre le Cancer nostalgique, qui se réfère toujours au passé, et le Sagittaire optimiste, qui a depuis longtemps tourné bien des pages, une même fringale de connaissances se fait jour.
Synthétique, elle englobera tous les domaines dans lesquels les humains ont laissé une trace de leur passage, tels que l’histoire, la sociologie, la théologie, la politologie, etc. Apte à enjamber les siècles, votre curiosité jamais rassasiée tirera des leçons de ses souvenirs pour vous faire entrevoir un monde plus vivable.

Comme tous ceux dont le Signe Solaire et le Signe Ascendant se trouvent en position de quinconce (aspect contradictoire), vous êtes le premier à être déboussolé par l’irrationalité de certains aspects de votre comportement.
En vous l’appel du large sera toujours le plus puissant. Vous n’aimerez rien tant que vadrouiller, bourlinguer et rouler votre bosse. Ce n’est pas à vous que l’on apprendra que les voyages forment la jeunesse ! Pourtant, où que vous soyez, quelque chose en vous aura toujours le mal du pays. Que vous soyez de ces incorrigibles gaffeurs qui commandent un steak-frites dans un restaurant de Pékin. Ou que plus douloureusement vous ne viviez le choc des cultures après avoir ramené dans vos bagages un bel « oiseau des îles ». Heureusement, l’apprentissage de la patience et de la tolérance n’a rien qui vous rebute.