Lion Ascendant Gémeaux

Vous êtes Lion ascendant Gémeaux

Lion ascendant GémeauxPremier ou dernier de la classe ? Qu’importe ! Tout petit, il fallait déjà que vous vous distinguiez. Abonné au tableau d’honneur ou cancre éveillé et désopilant, vous avez pris le goût de faire rire au détriment des autres, cela va de soi ! La silhouette vive et mobile, vous êtes un champion de l’élégance. Au courant de ce qui se fait de nouveau, vous sentez d’instinct d’où vient le vent. Ce qui vous permet d’être toujours à la mode, sur le plan vestimentaire comme sur celui des courants de pensée.

L’intellect en alerte, vous attrapez les idées au vol et les retransmettez aussitôt. Non sans les avoir passées auparavant à la moulinette de votre esprit subjectif. Vous faites du mensonge un art que vous pratiquez avec un brio incontestable, du moment qu’il embellisse la réalité et provoque l’enthousiasme. Enseignant, journaliste, vous séduisez par vos prises de position progressistes, non dénuées d’humour.

A moins que votre amour des formules qui frappent et enjôlent ne vous fraie un chemin dans la publicité ou dans les activités du spectacle. Adaptable, persuasif, vous n’avez pas votre pareil pour embobiner vos interlocuteurs avec une mauvaise foi désarmante. Qu’importe si certaines âmes chagrines vous traitent de charlatan, vous saurez toujours rebondir et retomber sur vos pieds.

Dans le domaine affectif, votre frivolité est notoire. Intéressé, vous n’hésitez pas à choisir votre partenaire sur le critère de son crédit bancaire.
Voilà l’image amusante, mais moralement peu flatteuse, que vous donnez de vous et dont vous aimeriez bien vous départir. Mais pour retrouver et conserver votre sérieux, il faudrait que le jeu en vaille la chandelle. Si l’on vous propose par exemple une noble mission ou un idéal à défendre, on verra alors que la finesse de vos arguments n’aura d’égale que leur authenticité. Si vous rencontrez un partenaire qui vous tienne la dragée haute sur le plan culturel, vous seriez prêt à vous prosterner devant lui (elle).

Rien d’atavique en effet dans votre apparente duplicité. Comme un comédien de talent qui sert un auteur avec fougue, vous donnez toujours le meilleur de vous-même, du moment que l’on vous inspire de l’admiration.