Lion Ascendant Scorpion

Vous êtes Lion ascendant Sorpion

Lion ascendant ScorpionDeux bestiaux redoutables, qu’il ne fait pas bon rencontrer au fond d’une savane ou du désert.
Deux forces de la nature dont le seul mot d’ordre se résume ainsi : « vouloir, c’est pouvoir. » Energique, vous exercez sur autrui une fascination purement instinctive. Le geste large, vous couvrez ceux qui ont l’heur de vous plaire de présents dispendieux. Les médiocres auront droit à votre mépris souverain. Ceux qui auront le toupet d’entrer en lice avec vous doivent s’attendre à des « coups tordus ».

A la guerre comme à la guerre ! Stratège peu regardant sur les moyens à mettre en œuvre pour parvenir à vos fins, vous avez de qui tenir. Le thème natal de Napoléon Ier en personne reposait sur une telle structure.

Comme lui, votre parcours ne sera pas exempt de tribulations et de retournements de situation. Si vous n’étiez guidé par que votre ambition vorace, vous suivriez une courbe ascendante, récoltant au passage couronnes de lauriers, médailles et autres rubans flatteurs.
Comme tous ceux dont le Signe Solaire et le Signe Ascendant se trouvent en position de carré (aspect conflictuel), vous luttez souvent contre vous-même, ce qui engendre généralement un sentiment de culpabilité.
Cette déchirure s’apparente en vous à une rage de destruction qui vous pousse régulièrement à vous saborder. Prolifique en idées et en œuvres, vous inventez et créez inlassablement.
Et puis, un jour, cela vous prend. Vous courez porter au clou toutes vos productions. A moins que, plus radical, vous ne les précipitiez dans un brasier, attisant avec rage, tel Satan faisant un sort à l’âme des damnés. C’est ainsi que, dans le domaine professionnel comme dans celui des affections, vous brûlerez plusieurs fois ce que vous avez adoré sur l’autel de votre intransigeance. Sans regret, vous tournerez le dos aux décombres de ce qui fut votre vie, et repartirez de zéro exalté par votre courage.
Et le Lion, dans tout cela ? Il tente de vous raisonner et d’apaiser vos impulsions. En vain ! Jusqu’au jour où, lassé de toujours voir s’effondrer vos « Tours de Babel », il prendra la situation en main et vous sommera d’inscrire enfin votre existence dans la continuité.